Home / Histoire / La Sicile Arabo-Musulmane (al-Jazira as-Siqiliya)

La Sicile Arabo-Musulmane (al-Jazira as-Siqiliya)

Des expéditions eurent lieu sous le califat rashidun d’Uthman ibn Affan (ra) et sous les Omeyyades, elle fut pleinement conquise sous le calife Abbasside al-Mutawakkil 847-861 par les Aghlabides 800 – 909/1048 d’Ifriqiya (Tunisie, Tripolitaine et Constantinois ) de la tribu arabe des Banu Tamim en 827 sous le cadi Assad ibn Sinan al-Furat envoyer par l’émir Zydat Allah al-Tamimi l’Aghlabide. Après l’invasion musulmane, les populations vivant en Sicile étaient constituées principalement de natifs siciliens, d’Arabes, de Berbères, de Perses, et de rares Turcs provenant d’Asie centrale. En 909, ‘Ubayd Allâh al-Mahdî, imam des ismaéliens venu de Syrie renversa les Aghlabides de Kairouan, et fonda la dynastie des Fatimides. Chiite, il contestait la légitimité du calife abbasside de Bagdad, et se proclama lui-même calife à Mahdia en 909, où il établit officiellement sa capitale en 921. La Sicile devint alors une province de ce califat, un wali arabe pro-Fatimides étant nommé à Palerme, `Alî ibn Ahmad ibn Abî al-Fawâris (qui avait déjà été gouverneur ici sous les Aghlabides). En 947, le calife fatimide Ismâ‘îl al-Mansûr Billâh avait nommé Hasan ibn `Alî al-Kalbî gouverneur de Sicile. En 948, il lui fut concédé le titre d’émir (amīr). Celui-ci établit alors sur la Sicile sa propre dynastie, les Kalbites ou Kalbides 948-1044. de la tribu arabe des Banu Kilab (originaires d’Arabie), vassale des Fatimides.Après le départ en 1044 du dernier émir de la dynastie arabes des Kalbites, la Sicile était divisée en quatre caïdats. Aucun des caïds n’usurpa le titre d’émir, mais de fait chacun d’entre eux exerça sur son territoire une souveraineté absolue. Les quatre caïdats étaient les suivants : Caïdat de Trapani, Marsala, Mazara et Sciacca, qui appartenait à Abd Allâh ibn Mankûd (1044 – 1065). Caïdat de Girgenti, Castrogiovanni et Castronuovo, qui appartenait à Ali ibn Ni’ma ibn al-Hawwâs (1044 – 1065). Caïdat de Palerme et de Catane, qui appartenait à Ibn al-Maklatî (1044 – 1061). Caïdat de Syracuse, qui appartenait à Muhammad ibn Ibrâhim ath-Thumna (1044 – 1062). En 1065 le fils de l’émir berbère ziride de l’Ifriqiya, Ayyûb ibn Tamîm, était devenu le maître d’à peu près toute la Sicile. Il avait hérité en 1062 de Syracuse d’ath-Thumna (tué cette année-là dans une bataille contre les Normands), ainsi que Palerme et Catane, que ce dernier avait lui-même reçu d’Ibn al-Maklatî en 1061. Il ajouta à ses possessions les caïdats de Trapani et de Girgenti en 1065. En 1068, après le retrait d’Ayyûb, deux caïds se partagèrent ce qui restait de la Sicile musulmane. Ibn `Abbâd, appelé Benavert dans les chroniques occidentales, établit sa capitale à Syracuse. Un certain Hammûd régnait quant à lui à Castrogiovanni. Ces divisions au sein de l’émirat encouragèrent les ambitions des Normands du sud de l’Italie. la suite sur Histoire Islamique http://wp.me/p4vKG8-pp Composition tribale des armées arabo-musulmane ifriqiyienne (Aghlabides, Kalbides, Fatimid et Zirides) en Sicile et Italie du Sud https://www.academia.edu/2309043/Les_arm%C3%A9es_arabo-musulmanes_en_Sicile_et_en_Italie_du_Sud_IXe-Xe_si%C3%A8cles_

SVP partagez l'information :
error