La scène choquante à bien des égards, parce qu’elle a pour cadre un hôpital, qu’elle montre une islamophobie banalisée libérant les pires pulsions, et qu’elle laissera des séquelles à une patiente voilée agressée sauvagement, a été capturée sur le vif, vendredi dernier, par la caméra de surveillance des urgences de Dearborn, dans le Michigan.

« Elle ne l’a pas vu venir », s’est indigné devant la presse locale Me Majed Moughni, l’avocat de la jeune femme musulmane de 19 ans qui était en train de s’enregistrer en vue d’une prochaine opération, lorsqu’elle a été rouée de coups par John Deliz, un cinquantenaire qui errait dans les couloirs de l’hôpital avant de l’apercevoir. Ce dernier, dont le sang n’a fait qu’un tour, s’est rué sur elle par derrière, la frappant à plusieurs reprises avec une brutalité inouïe.

Plaqué à terre par un agent de sécurité qui, fort heureusement, s’est précipité à la rescousse de la jeune fille, alerté par ses cris, ce dangereux individu a eu néanmoins le temps de la meurtrir profondément dans sa chair et son âme.

Ses bleus visibles sur le corps cicatriseront certainement plus rapidement que ses bleus invisibles à l’âme, à la consternation de son avocat. « Elle ne sera plus jamais la même personne, elle est émotionnellement en détresse, elle tremble à l’idée de sortir de chez elle et regardera désormais toujours derrière elle pour s’assurer qu’elle ne sera plus attaquée », a expliqué ce dernier, en précisant que sa cliente avait décidé de poursuivre l’hôpital de Dearborn pour son dispositif de sécurité jugé, en l’occurrence, défaillant.

« La plupart d’entre nous quand nous allons à l’hôpital, nous sommes fragilisés par une pathologie, nous avons besoin d’aide, et la dernière chose à laquelle nous nous attendons, c’est d’être violemment agressé par un inconnu surgi de nulle part. Dans une société civilisée, on ne peut pas tolérer ces actes de violence gratuits insupportables qui brisent des vies », a martelé Me Moughni.

Please follow and like us: