Home / Culture / Colonisation: « Ali est un âne »

Colonisation: « Ali est un âne »

Le 1er novembre 2014 a eu lieu la commémoration de la guerre d’indépendance d’Algérie. Il y a 60 ans, le 1er novembre 1954, a éclaté la guerre d’Algérie. Plusieurs centaines de milliers d’Algériens tombent en martyrs. Pendant près de huit ans,  ils ont combattu et sacrifié leur vie pour arracher leur liberté, gagner l’indépendance de leur nation. Une longue et douloureuse guerre qui mit fin à cette colonisation française.

A cette occasion, une page d’un manuel scolaire circulait sur les réseaux sociaux. Le manuel scolaire daterait de l’époque de l’Algérie française, des années 1950 selon certaines sources. On peut lire qu’un certain Ali ne comprend rien. Il mange n’importe quoi, le cahier, le tableau, le caillou, le chiffon, le papier. Bref, « Ali est un âne » conclut la page de lecture, à l’inverse de René, qui lui, a compris, et mange… « le bonbon ».

Les autres pages du manuel scolaire sont tout autant méprisantes. Ali, lui, est toujours dénigré. Tantôt qualifié de « méchant », tantôt « puni », tantôt « sale ». Une bonne leçon pour les partisans de la loi du 23 février 2005, qui entend souligner l’oeuvre positive de la colonisation.

On se souvient tous de la formule emblématique « Nos ancêtres les Gaulois » qui se trouve dans les manuels scolaires de la troisième république d’Ernest Lavisse dans un passage du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire.

Sous prétexte de civiliser des populations la colonisation a causé la mort de plusieurs millions « d’indigènes » sans droit. Elle fut destructrice d’états de droit, de civilisations millénaires au service d’une idéologie impérialiste dominatrice.